06 60 02 09 12 evc31800@gmail.com

Concert du 20 octobre 2024

Réservations

Les réservations seront ouvertes à partir du mois de mai à l’Office de Tourisme de Saint-Gaudens et à partir du premier juin sur HelloAsso. Ci-contre le QRcode permettant l’accès direct.

Les chèques peuvent être envoyés à

Marie Le Mailloux

Concert EVC

18 rue Camors

31800 Valentine

Les œuvres

Ci-dessous un extrait du Requiem For The Living, le Vanitas Vanitatum interprété par l’ensemble vocal Variations, l’Ensemble vocal du pays de Thann et la Philharmonie de Strasbourg, direction Michèle Huss et Damien Simon, en l’église Saint-Bernard de Strasbourg le samedi 7 octobre 2023.

Requiem For The Living -Dan Forrest

Un Requiem, selon la tradition, est une prière pour le repos du défunt. Les cinq mouvements du Requiem for the Living (2013) de Dan Forrest forment cependant un récit tout autant pour les vivants et leur propre lutte contre la douleur et le chagrin que pour les morts. Le mouvement d’ouverture reprend les textes traditionnels d’Introït et de Kyrie – des appels au repos et à la miséricorde – en utilisant des élaborations toujours croissantes sur un simple motif descendant de trois notes. Le deuxième mouvement, au lieu du Dies Irae traditionnel, met en scène des textes bibliques qui parlent de l’agitation et du chagrin auxquels l’humanité est confrontée, tout en invoquant des allusions musicales et textuelles au Dies Irae. Ce mouvement juxtapose des gestes rythmiques agressifs avec de longues lignes mélodiques flottantes, comprenant des citations du Kyrie du premier mouvement. L’Agnus Dei est ensuite exécuté (un écart par rapport à l’ordre liturgique habituel) comme un plaidoyer pour la délivrance et la paix; le Sanctus, à sa suite, devient une réponse à cette rédemption. Le Sanctus offre trois aperçus différents des “cieux et de la terre, pleins de ta gloire“, qui développent tous le même motif musical: une section d’ouverture éthérée inspirée des images de l’espace du télescope spatial Hubble, une section médiane émouvante inspirée des images de notre propre planète vue depuis la Station spatiale internationale, et une section de clôture qui ramène l’auditeur sur Terre, où les villes regorgent de l’énergie de l’humanité. Le ‘Lux Aeterna‘ qui clôt ensuite l’œuvre représente la lumière, la paix et le repos, tant pour les défunts que pour les vivants.
Requiem for the Living a été commandé par la Hickory Choral Society (Hickory, Caroline du Nord), dans le cadre de son engagement continu à financer de nouvelles œuvres majeures pour le répertoire choral. L’œuvre est la plus grande pièce de Dan Forrest à ce jour et a été écrite sur une période d’environ 10 mois en 2012. Elle a été publiée en août 2013 par Hinshaw Music (Chapel Hill, Caroline du Nord), à la fois dans la composition orchestrale complète et dans une musique de chambre pour petits ensembles avec orgue et instruments solistes. 

Plongez dans l’univers envoûtant de cette œuvre musicale exceptionnelle. À travers des harmonies captivantes et des mélodies puissantes, Dan Forrest nous transporte dans une expérience émotionnelle unique. Découvrez la beauté et la profondeur de ce Requiem contemporain qui célèbre la vie, rend hommage aux défunts et offre un message d’espoir. Laissez-vous émerveiller par la voix des chœurs et l’interprétation d’artistes talentueux. Rejoignez-nous pour cette expérience musicale envoûtante et laissez le Requiem For The Living vous toucher au plus profond de votre âme.

Concerto en ré majeur –                  G.-P. Telemann

Les Concertos pour quatre violons de Georg Philipp Telemann (TWV 40 :201–204 ; titre original : Concertos à 4 Violini Concertati) sont un ensemble de quatre concertos pour quatre violons sans continuo. Chaque concerto comporte quatre mouvements. Le concerto que l’Ensemble UniverSonne va interpréter est le deuxième des quatre.

L’analyse de quatre concertos montre que G. Ph. Telemann utilise non seulement une rhétorique figurative mais aussi une onomatopée, combinant avec succès ces deux catégories. En comparaison, par exemple, avec A. Vivaldi ou H. I. F. von Biber, la palette des techniques d’imitation sonore dans les concertos de G. Ph. Telemann n’est pas aussi diversifiée et complète, cependant, des éléments de rhétorique onomatopéique peuvent être trouvés à la fois dans les mouvements rapides et lents : le son de l’orgue ou des cloches ainsi que des images sonores de la nature. Le compositeur ne refuse pas les éléments de la rhétorique figurative. Comme dans ses sonates en duo, celles-ci sont principalement représentées par des figures qui décrivent un mouvement mélodique. De telles techniques se retrouvent souvent dans les mouvements rapides polyphoniques. Dans les mouvements lents lyriques, à l’instar des sonates en duo, l’harmonie, la polyphonie et les intervalles sont mis en avant. Conclusions. Le cycle de Concertos pour quatre violons sans basse continue de G. Ph. Telemann est un exemple intéressant de musique de chambre, non seulement du point de vue de la composition, mais aussi du point de vue de l’utilisation et de la combinaison de divers types de rhétorique musicale. La connaissance de la composante rhétorique amène les chercheurs et les interprètes à un nouveau niveau de compréhension plus complet de la musique du compositeur, ce qui nous permet de considérer le contenu émotionnel non seulement de l’œuvre dans son ensemble, mais aussi de chaque intonation individuelle.

Verleih uns Frieden –            Felix Mendelssohn

choral pour chœur mixte, orchestre et orgue.

Verleih uns Frieden (Accorde-nous la paix) est une cantate chorale de Felix Mendelssohn, mettant en musique une prière pour la paix de Martin Luther. Mendelssohn composa cette courte œuvre en un mouvement pour chœur mixte et orchestre en 1831. Il est également connu sous le nom de Verleih uns Frieden gnädiglich.

À l’origine, Mendelssohn avait prévu d’utiliser « violoncelles et basses » mais dans la version finale, il a écrit l’œuvre pour chœur à quatre voix SATB et un orchestre de deux flûtes, deux clarinettes, deux bassons, deux violons, un alto, deux violoncelles et une contrebasse. Il est en mi bémol majeur et marqué Andante. La mélodie apparaît trois fois, rendant le texte complet à chaque fois. Il est introduit par les basses seules, puis répété par les altos, avec les basses chantant en contrepoint, et apparaît enfin dans les sopranos avec une mise en musique à quatre voix principalement homophonique. Les instruments fournissent un matériau en mouvement indépendant, avec une notation différente pour les trois entrées.

(source Wikipedia)

google-site-verification: googlebec203591bc4b332.html